RECRUTEMENT:PROJET D’APPUI A LA POLITIQUE NATIONALE DE PROTECTION DE L’ENFANT

Projet : «PROJET D’APPUI A LA POLITIQUE NATIONALE DE PROTECTION DE
L’ENFANT»
TERMES DE REFERENCE du recrutement d’un consultant

Enquête sur les causes de la persistance des Mutilations Génitales Féminines (MGF) dans l’ouest et le Nord-ouest, malgré les dispositions prises par le gouvernement et les acteurs de lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG)»

Dans le cadre de la mise en œuvre du «PROJET D’APPUI A LA POLITIQUE NATIONALE DE PROTECTION DE L’ENFANT» l’ONG SILOE en collaboration avec Save the Children International Côte d’Ivoire et la Direction régionale du Ministère de la Famille, de la Femme et de l’Enfant de Man,Recrute: Un Cabinet / un Consultant Pour conduire et finaliser les travaux <<Enquête sur les causes de la persistance des Mutilations Génitales Féminines (MGF) dans l’ouest et le Nord-ouest, malgré les dispositions prises par le gouvernement et les acteurs de lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG)»

Date de soumission des offres :

Du 22 Octobre 2019 au 02 Novembre 2019 à 00H00Min
A l’adresse Email : siloedanane@gmail.com
Mettre en copie : Yryassou.Coulibaly@savethechildren.org/
kouamis2006@yahoo.fr
Contacts : 58 66 58 02 / 57 65 53 73 / 49 111 603 / 33 79 07 73 / 57 44 99 91

TÉLÉCHARGER L'AVIS DE RECRUTEMENT

I. Contexte
La Côte d’Ivoire a ratifié plusieurs instruments juridiques internationaux pour montrer sa détermination à apporter aux communautés, aux femmes et aux enfants, un mieux-être.
Ainsi, la convention des Nations Unies relative aux droits des enfants (CDE) a été ratifiée depuis 1991 et la Charte Africaine des Droits et Bien-être des enfants (CADBE) en 2007, par le gouvernement ivoirien dans la vision d’améliorer les conditions de vie des enfants. Ajouter.

Depuis, ce sont plusieurs textes qui ont été harmonisés pour conformer les textes nationaux à ces instruments internationaux en vue de l’amélioration des conditions de vie des enfants. Parmi les plus récents, nous citons la loi de 1998 sur les MGF, intégrée au code pénal en juin 2019 et la loi sur la minorité, Par ailleurs, le gouvernement Ivoirien multiplie les actions, parmi lesquelles
l’adoption de la Politique Nationale de Protection de l’Enfant (PNPE) en Juillet 2014. Cependant, certaines violences contre les enfants, n’ont pas reculé, mais ont plutôt gagné en intensité, notamment les MGF à l’ouest et au Nord-ouest de la Côte d’Ivoire. En effet, le dernier MICS a publié que 14% de femmes dont l’âge varie entre 15 et 49 ans encouragent la pratique des MGF. Cette situation demeure préoccupante à partir du moment où les femmes jouent une contribution
importante dans l’éducation des enfants en Côte D’ivoire.

Outre cela;
– Il ressort dans le MICS 2012, que 57,4% de femmes (15 -49 ans) dans l’ouest du pays ont subi l’excision sus une forme quelconque .
 – Quatre ans après dans le MICS 2016, 62,1% de femmes (15- 49 ans) dans l’ouest du pays ont subi une MGF.

On constate clairement qu’en quatre années, la pratique des MGF a enregistré une hausse 4,7%.
Dans la même période, pour le Nord-ouest, il ressort que le taux d’excision des femmes reste très élevé malgré une baisse de 5.%.

En effet :
– Il ressort dans le MICS 2012, que 79,2% de femmes (15 -49 ans) dans le Nord-ouest du pays ont subi l’excision sous une forme quelconque.
– Quatre ans après dans le MICS 2016, 75,2% de femmes (15- 49 ans) dans le Nord-ouest du pays ont subi une MGF.

Plus que des statistiques, ces chiffres, ce sont des vies et des opportunités d’insertion sociale de filles et de femmes qui s’en trouvent ruinées. Par ailleurs, la recrudescence de cette pratique traditionnelle néfaste que constituent les mutilations génitales féminines est difficilement explicable dans la mesure où de nombreux investissements aussi bien financiers que techniques
ont été faits pour le relèvement de cette zone aux lendemains de la crise postélectorale de 2011. Aussi, la multiplication des plateformes protection de l’enfant à l’ouest, les nombreuses activités de prévention, de renforcement de capacités, les campagnes de vulgarisation et toutes les autres initiatives n’ont pas réussi à dissuader le recours à l’excision des jeunes filles.

Cette situation préjudiciable au droit, à l’intégrité physique des filles a interpellé Save the Children qui a établi un partenariat avec l’ONG SILOE, basé à l’ouest, en vue de mener des activités de prévention et de réponses avec les fonds du projet Sida CSO définir le Sigle.
L’opportunité offerte par ce projet a permis aux cours des deux années précédentes (2017 et 2018) de déployer une stratégie destinée à renforcer le système local et régional de protection de l’enfant dans les zones d’intervention du projet, en collaboration avec le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (MFFE)
Face à cette situation, l’ONG SILOE et son partenaire SCI, veulent mettre l’accent sur la situation des enfants vulnérables en attirant l’attention de l’Etat sur ses engagements. Cela passe forcément par une bonne compréhension des problèmes que nous voulons traiter, mais aussi de la présence de données qui en disent plus et qui peuvent notamment orienter nos prochaines actions envers l’Etat, les élus politiques, les autorités, les leaders communautaires et confessionnels, les chefs coutumiers, les OSC, les organisations de femmes et d’enfants. 

Il importe donc d’engager une enquête dans ce sens dont les livrables pourront contenir les informations de qualité de sorte à devenir un outil d’orientation et de planification des actions des acteurs de la protection des enfants. Les présents termes de référence sont la justification de la mise en œuvre de cette enquête dans la zone de l’ouest et du nord-ouest.

II. Justification de cette étude
La présente enquête vise à comprendre les fondements du recours des communautés à cette pratique en dépit des initiatives du Gouvernement et des OSC et permettra de déterminer les dynamismes de la persistance de ce phénomène dans les zones cibles. Aussi, la connaissance du mode d’évolution de cette pratique permettra aux acteurs de promotion des droits des enfants de connaître ceux qui sont à risque et de travailler sur la dimension parentale, communautaire, la prévention et la gestion efficiente des cas révélés.

Cette étude se veut une analyse approfondie spécifique sur le système de prévention et de réponse à ce phénomène, l’analyse des actions déjà menées, les acteurs intervenant sur le phénomène, le cadre juridique, la cartographie du phénomène et le système de coordination des actions. En plus, l’enquête permettra de considérer les résultats dans l’implémentation du
projet. 

III. Objectifs de l’étude
a-Objectif Général
Réaliser une analyse socio anthropologiques des facteurs déterminants de la persistance des Mutilations Génitales Féminines (MGF) chez les peuples Dan, we et Odienékas.

b- objectifs spécifiques
– Retracer le profil des exciseuses depuis 1998 en vue de comprendre les différentes attitudes progressives adoptées par les exciseuses depuis l’adoption de la loi de 1998.
-Identifier le rôle de l’excision dans la culture locale de chaque peuple.

– Déterminer l’intérêt de comportements culturels pour les personnes qui continuent de pratiquer l’excision
-Expliquer pourquoi les dispositions légales, les activités de mobilisations communautaires et la répression n’endiguent pas le phénomène dans les sociétés sus mentionnées
– Comprendre le mode opératoire (les flux de déplacement et les zones migratoires des exciseuses et des filles excisées…)
– Elucider les facteurs favorisants les MGF tels les pesanteurs culturelles, les alliances inter-ethniques et les positions des cadres de la région….
-Recueillir les avis des garçons, hommes, filles et des femmes victimes et non victimes de MGF sur les MGF dans leur milieu de vie.
-Enregistrer les propositions de solutions aux MGF auprès des filles, des garçons, des femmes, des hommes, des collectivités, des autorités, des OSC et des forces de sécurité, du SPJEJ, des CSE, des leaders communautaires et confessionnels….(lors de l’atelier de validation)

IV. Durée de l’enquête
La présente enquête se déroulera deux mois maximum, dont le premier servira à la réalisation de l’enquête et l’autre pour l’élaboration du rapport, à compter du recrutement du consultant.

V. Zone géographique
L’étude se réalisera dans les communautés rurales et urbaines de Danané, Duékoué, Man et Odienné.

VI. Méthodologie d’enquête et groupes cibles
a) Offre technique du consultant
Le consultant recruté se doit de présenter une offre technique conformément à la vision de Save the Children et de ses partenaires ayant conduit à cette enquête.

Cette offre doit présenter la stratégie qui doit être utilisée par le consultant pour la réalisation de l’enquête. Elle doit présenter les outils de collecte pour les informations à rechercher et justifier par la même occasion la pertinence de ces outils. 
Elle présentera les synergies de communication qui vont apporter du dynamisme à nos recherches, notamment, les structures à informer et à impliquer pour donner une valeur de choix à cette enquête, les logos et les supports de visibilités à utiliser.
Elle doit aussi couvrir à travers sa stratégie la zone indiquée pour l’activité, et surtout présenter une offre financière qui précise les honoraires du consultant, la formation, reprographie des outils, transport, collecte de données, traitement et analyse des données et autres dépenses connexes, nécessaires pour une enquête de qualité.
Enfin, cette offre fera l’objet d’une validation formelle entre les acteurs étatiques, les OSC, les organisations internationales et les organes du système des Nations Unies impliqués (si nécessaire).

b) Méthodologie de recherche suggérée
Description de l’enquête
Les méthodes quantitatives et qualitatives seront utilisées.

c) Type d’étude et sites (zone géographiques indiquées ci-dessus)
L’étude devra être menée en étroite collaboration avec l’Institut National de la Statistique (INS). En effet, l’INS sera en charge de contribuer en tant que membre du groupe de travail, qui sera mis en place à l’initiative de l’ONG SILOE, à la validation des outils de l’étude qui seront proposés par le Consultant. Étant donné que chaque méthodologie de recherche présente des avantages et des limites, il est recommandé une approche multi-méthodologique afin d’obtenir des éléments quantitatifs et qualitatifs. La méthodologie retenue devra être explicitée et justifiée en fonction des éléments à rechercher.

Quelques idées de recherche sont présentées ci-dessous :
-Utilisation de données secondaires/de l’analyse bibliographique et de rapports et documentation considérés comme fiables et appropriés sur la problématique.

– Réunions de consultation des parties concernées (consultant et le comité technique). De telles réunions peuvent aider à définir la problématique et le cadre de la recherche ainsi que l’orientation du travail de terrain. Une consultation similaire peut être effectuée après
l’accomplissement du travail de terrain afin d’aiguiller les analyses, la validation et l’élaboration des recommandations.

-Une recherche primaire comprenant la collecte de données à l’aide de méthodes multiples: entretiens individuels, groupes de discussion, questionnaires proposées par une équipe de recherche, observations de terrain, techniques d’entretien narratifs tels que les « récits de
vie », études de cas.

d) Population cible
Afin de collecter des données sur la nature du phénomène des MGF, l’analyse situationnelle requiert le ciblage des différentes parties prenantes et autres sources. Ces sources peuvent inclure: 
– 50 personnes ressources au total, issus des agences gouvernementales (INS6 , DR FFE7 ,  PJEJ8 , …) ;
– 25 personnes ressources au total, issus des officiers chargés de l’application de loi au niveau local (par exemple : personnel de la justice pour mineurs), les brigades de Gendarmerie des zones de Man et Odienné ;
– 15 personnes ressources au total, issus des organisations
internationales du système des Nations Unies (par exemple UNICEF,
UNFPA, PNUD) ;
-50 personnes ressources au total, issus des organisations non gouvernementales (internationales et nationales) et les organisations opérant au niveau des communautés (OCB) ;
-100 femmes, 100 hommes, 100filles et 100 garçons ;
– 100 travailleurs sociaux et services d’aide ; 
– 25 personnes ressources au total, issus des consultants et experts en matière de protection des droits de l’enfant, ainsi que les universitaires pertinents.
-50 leaders religieux, 50 leaders communautaires et 50 responsables d’associations de femmes et de jeunes.
– 15 ONG d’aide à l’enfance

– 50 Cadres des différentes régions
-50 Exciseuses
– Soient au total 945 personnes sur lesquelles portera cette enquête.

e) Méthodes et outils de la collecte des données
Un des éléments clés de cette enquête est son caractère de capitalisation et d’apprentissage. En termes de méthodologies de collecte de données, l’enquête appliquera une approche quantitative et une approche qualitative et participative utilisant des outils qui feront ressortir :

-Dégager des informations clés sur les personnes impliquées dans la pratique des MGF, – Retracer le profil des exciseuses depuis 1998 en vue de comprendre les différentes attitudes progressives adoptées par les exciseuses depuis l’adoption de la loi de 1998.

-Dégager les difficultés qu’elles rencontrent à se reconvertir au niveau professionnel depuis l’interdiction de cette pratique par la loi.

-Comprendre le mode opératoire (les flux de déplacement et les zones migratoires des exciseuses et des filles excisées…)
– Elucider les facteurs favorisants les MGF tels les pesanteurs culturelles,les alliances inter-ethniques et les positions des cadres de la région….
-Recueillir les avis des garçons, hommes, filles et des femmes victimes et non victimes de MGF sur les MGF dans leur milieu de vie. 
-Enregistrer les propositions de solutions aux MGF auprès des filles, des garçons, des femmes, des hommes, des collectivités, des autorités, des OSC et des forces de sécurité, du SPJEJ, des CSE, des leaders communautaires et confessionnels…
-Mais aussi à travers des méthodologies telles:

Revue documentaire et analyse des principales données et rapports sur les profils des différentes attitudes progressives adoptées par les exciseuses depuis l’adoption de la loi de 1998, les mécanismes de protection existants et leur
fonctionnement.

Entretiens individuels avec des informateurs clés. Des entretiens semi structurés seront réalisés avec des informateurs clés des structures de protection, des acteurs des ONG, du SNU et surtout les femmes, les filles et les Garçons. Les entretiens avec cette cible porteront sur l’état des lieux ainsi que les contraintes et opportunités dans le mécanisme de prise en charge et la prévalence des MGF dans les communautés ciblées.

Des entretiens individuels ou en groupe semi-structurés avec les femmes, les hommes, les filles, les garçons, les associations d’enfants, de leaders et membres de la communauté. La méthode de collecte par questionnaire sera privilégiée dans cette enquête. Pour assurer la collecte des données le cabinet recrutera des enquêteurs et des superviseurs ayant une expérience minimale de 2 ans dans le domaine des enquêtes avec un diplôme minimum de BEPC ou diplôme équivalent. Ils seront formés durant un jour suivi d’une enquête pilote pour tester le questionnaire et affiner les techniques de collecte de chaque agent de collecte. La formation intégrera des notions sur la méthodologie de recherche, la technique de collecte et de vérification des données, ainsi que sur le rôle et le leadership du chef d’équipe.

Les enquêteurs seront regroupés en équipe sous la responsabilité du superviseur en charge des aspects logistiques et administratifs sur le terrain. Il a principalement pour rôle de veiller à la qualité des données, d’organiser le travail et de rendre compte au consultant principal.

Test des outils 
Etant donné que chaque outil a ses propres particularités et pièges, il est nécessaire de pratiquer les interviews avec les outils de collecte de données. La pratique des interviews devra avoir lieu indépendamment des aptitudes et de l’expérience des enquêteurs et ces interviews devront être conduites dans le cadre d’un test pilote mené dans un endroit qui ne fait pas partie des sites
sélectionnés par la collecte des données.

Traitement et analyse des données La principale démarche d’analyse des données quantitatives sera d’effectuer une analyse descriptive des variables à travers des logiciels ou programmes de traitement de données. L’analyse devra être précédée d’un processus d’épuration
des données pour assurer leur fiabilité. Les résultats devront permettre de renseigner l’ensemble des résultats et indicateurs de l’étude et devra comporter des tableaux simples, des graphiques et tableaux croisés dynamiques.

Rédaction du rapport final

A la suite de l’analyse directe du rapport intermédiaire, le consultant procédera à la finalisation du rapport de l’enquête. Le canevas de rapport présentera les
résultats suivant les objectifs spécifiques de l’enquête.

Recrutement du consultant
Pour la réalisation de cette enquête, l’ONG SILOE recrutera en collaboration avec SCI et la Direction régionale du MFFE de Man, un consultant pour conduire et finaliser les travaux.

Un avis de recrutement sera ouvert pendant 10 jours, avec une large diffusion. L’avis de recrutement précisera le profil exact recherché pour le consultant. 

La sélection sera faite par l’ONG SILOE en collaboration avec Save the Children, la DR FFE et les autres partenaires Commission locale de sélection (…).

Date de soumission des offres :
Du 22 Octobre 2019 02 Novembre 2019 à 00H00Min

Responsabilités et tâches
Les responsabilités et tâches de ce prestataire extérieur qui sera en charge de l’enquête sont :

– Elaborer les outils de collecte et déterminer la méthodologie qui sera soumise au comité de pilotage de l’étude pour adoption ;
– Définir les hypothèses de recherche ;
– Organiser et recruter les équipes/groupes à enquêter : échantillon à enquêter,
– Formuler les questionnaires, formation des enquêteurs, enquête et dépouillement des résultats ;
-Concevoir le planning des activités ;
-Réaliser les travaux de traitement et d’analyse d’informations et d’interprétations des résultats et tirer les conclusions et recommandations utiles en matière d’interventions aussi bien
stratégiques qu’opérationnelles ;
-Rédiger le rapport de l’étude provisoire et final selon le format requis (Times New Roman 12 ; interligne 1,0) ;
– Tenir avec le comité de pilotage de l’enquête des séances de travail par rapport à l’évolution des activités liées à l’étude.

Le prestataire pourra définir son équipe de travail. Il sera encadré par le comité technique composé d’acteurs locaux et d’un sous-groupe de celui-ci composé des commanditaires (Save The Children, ONG SILOE).
Un premier atelier de démarrage auquel participera le prestataire permettra de définir les hypothèses de recherche, la méthodologie principale retenue et les outils de collecte de données. Un protocole de recherche sera établi. D’autres ateliers intermédiaires auront lieu régulièrement en cours de projet avec le comité technique afin de valider certaines étapes.

VII. Considérations éthiques
Les thématiques couvertes par l’étude sont sensibles, notamment compte tenu de la vulnérabilité de certaines catégories d’enfants et de leurs besoins en protection. Il est donc important de porter une attention particulière aux conditions éthiques de collecte et d’analyse des données. Il est proposé à cet effet, dans la phase préparatoire de la consultation, qu’un protocole d’éthique et
de sauvegarde des enfants soit développé par le consultant, sous la supervision et en accord avec SCI et avec sa politique organisationnelle de sauvegarde des enfants. Ce protocole contiendra notamment :
 Une brève évaluation des risques potentiels pour les enfants et autres participants à l’étude ainsi que les mesures qui peuvent être mises en place pour en minimiser les risques;
 Un mécanisme de rapport et de référencement en cas de suspicion ou révélation de situations de MGF;
 Les principes éthiques qui guideront la participation des enfants à l’enquête pour ce qui a trait par exemple au consentement, aux contenus visuels (ex. photographie) qui seraient collectés;
 Les principes qui guideront les conditions de confidentialité dans
le traitement et l’analyse des données collectées.

VIII. Livrables
– A la fin de l’enquête, le consultant ou cabinet devra remettre à l’ONG SILOE/ Save the Children, et la DR MFFE de Man, Duékoué, Guiglo et Odienné les documents suivants :
 -La version finale du rapport de l’enquête ;
– La version finale des outils de collecte de données ;
– Les formulaires physiques remplis sur le terrain
– Un rapport d’analyse des données qualitatives et quantitatives ;
– Un rapport final ;
– Une présentation power point lors de la validation du rapport.

IX. Réception des offres :
Les Consultants intéressés sont invités à soumettre une offre technique et
financière séparée. L’offre technique comportera :
i) Un curriculum vitae (CV) détaillé avec
ii) une note synthétique de compréhension du projet ;
iii) une description de l’approche et de la méthodologie ;
iv) un plan de travail incluant un chronogramme prévisionnel mentionnant les
différentes phases pour la production des livrables;
v) le calendrier de restitution des livrables et offres financière dans un document séparé.

Du 22 Octobre 2019 au 02 Novembre 2019 à 00 h 00 Min

Soumettre vos offres à l’adresse E-mail: siloedanane@gmail.com
Mettre en copie : Yryassou.Coulibaly@savethechildren.org/kouamis2006@yahoo.fr
Pour plus d’informations: Contacts : 58 66 58 02 / 57 65 53 73 / 49 111 603 / 33 79 07 73 / 57 44 99 91

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *